SERVICE DE
RECHERCHE
DOCUMENTAIRE
Service de recherche documentaire DSI

Les anges investisseurs

par Marc Duval
Bibliothécaire professionnel

 
 

Dernière mise à jour
2002-01-17


Dossiers
  • Le palmarès des villes
  • La veille stratégique
  • Le web universitaire Partie 1 : Les départements
  • Le web universitaire : Partie 2 : Les bibliothèques
  • .Recherche
    sur le web
  • Généralités
  • Le mot-clé
  • Les langages de recherche
  • Les noms de domaines
  • Les tableaux
  • Les opérateurs logiques
  • Les champs de recherche
  • Champs divers et fonctions de recherche
  • Les registraires canadiens
  • .
  • Formulaire de recherche web
  • .DSI
  • Description des services
  • Formulaire de recherche tarifée
  • .
    En affaires, la recherche d'investissement n'est pas aisée pour les nouvelles ou pour les petites entreprises.  Depuis quelques années, les « anges investisseurs » - « anges financiers » ou « business angels » sortent tranquillement de l'ombre.  Des initiatives autant privées que publiques permettent une rencontre entre des petites entreprises et des investisseurs informels: les « anges investisseurs ».  Certains les décrivent comme des mécènes et d’autres comme des petits requins.  Entre les deux, la majorité souhaite être des mentors auprès des petits entrepreneurs et les aider financièrement là où les banquiers hésitent.
    .
    Bien que les « anges financiers » aient été de toutes les époques, ils se révèlent à nous à travers les États-Unis.  Selon deux auteurs, les « anges investisseurs » sont apparus aux Etats-Unis dans le milieu théâtral.  M. Georges Lucas date l’émergence de ces mécènes en 1946 à travers l'American Research Development.  A lire M. Lucas et d’autres textes, les « anges financiers » semblent aujourd’hui attirer vers les Nouvelles technologie de l’information et des communications, en d’autres termes les applications pour le web.  Le texte de M. Lucas est une bonne introduction au phénomène. 

    Définition

    Dans les pays francophones, le phénomème des  « anges investisseurs » est plus récent.  En France, il a suscité un débat sur la traduction de « business angels » (1).  D'ailleurs, cette expression est largement reprise dans le milieu financier européen, contrairement au Québec qui utilise « anges investisseurs ».

    .
    L’Association des banquiers canadiens a publié une typologie du capital de risque parmi laquelle les « anges investisseurs » prennent la part du lion (2) sur le site de Strategis.  Sur le site de l'Association, la définition est succincte :

    .
    Ange
    Particulier qui dispose de capitaux à investir dans des entreprises. (3)
    Le journal Les Echos publie un dossier intitulé L'art d'entreprendre dans lequel se trouve la texte « Les investisseurs providentiels en France ».
    La  Direction générale de la politique de la  petite entreprise (DGPPE) d'Industrie Canada a esquissé un portrait des anges au Canada à travers 3 articles sous le chapitre « Investisseurs informels ».
    Industrie Canada. Direction  générale de la politique de la petite entreprise (DGPPE). (Page consultée le 8 décembre 2000). « Sources de financement - Carte du site ». [En ligne]. http://strategis.ic.gc.ca/SSGF/so02921f.html
    Industrie Canada publie aussi un mode d'emploi pour devenir un investisseurs informels intitulé Investir en vous-même: Guide sur l'investissement dans une entreprise privée à Terre-Neuve et au Labrador.
    Industrie Canada. Direction  générale de la politique de la petite entreprise (DGPPE). (Page consultée le 8 décembre 2000). « Anges investisseurs - Investir en vous-même ». [En ligne]. http://strategis.ic.gc.ca/SSGF/cw06200f.html
    .
    International Private Equity Network Group nous donne cette définition : 
    Les " business angels " : nom donné aux investisseurs privés qui investissent en direct dans de jeunes sociétés et sont, bien souvent, d'anciens chefs d'entreprises qui peuvent effectuer un transfert de compétences vers la " jeune pousse " 
     
    IPEN Group. (Page consultée le 8 décembre 2000). « Qui sommes-nous ». [En ligne].  http://www.business-angels.com.

    .

    Anges et jeunes entreprises : un peu d'humour

    Le web a suscité l'engouement autant chez les jeunes entrepreneurs que chez les investisseurs.  Depuis 1999, nous voyons le web commercial s'affesser comme un mauvais soufflé.  Heureusement, l'humour des déboires des « start-up » allège l'atmosphère.  M. Luc Carton dans un numéro de e-market newsletter traduit pour nous une rencontre entre un jeune entrepreneur et un ange investisseur dans un savoureux « Comment convaincre votre Business Angel ?» parue dans The Standard. (4) 

    Les anges dans nos campagnes

    États-Unis et France

    Mais, quoi de mieux que de rencontrer les « anges investisseurs » dans leur milieu ?  C’est ce que nous propose M. Gassée.  Témoignage humoristique sur le capital de risque dans la Silicone Valley, M. Gassée nous révèle des noms d’anges américains et leur site web.  Avouons-le : les « anges financiers » ne fréquentent pas tous des clubs d'investisseurs et plusieurs d’entre-eux préfèrent l’anonymat (5).
    Le phénomène des « business angels » s'est développé aux États-Unis.  Il a reçu un écho favorable en Europe et spécialement en France.  Plusieurs sites y sont consacrés dont deux que voici développés par International Private Equity Network Group et Almandin Communication.  D'autres sites sont présentés ci-contre.
    International Private Equity Network Group témoigne de l'importance qu'a pris l'investissement informel.  En fusionnant  ses deux sites - BusinessAngels.com et Professional Networks  le 28 juillet 2000, un nouveau magazine est né alliant revue de presse internationale, études et dossiers, entrevues, enregistrements audios et vidéos, liste de diffusion et calendrier d'évènements.
    IPEN Group. (Page consultée le  8 décembre 2000). « BusinessAngels.com, information et financement des entreprises de croissance ». [En ligne].  http://www.professional-networks.com/http://www.business-angels.fr/
    Par exemple, vous pouvez y lire une étude sur les investisseurs américains. 
    IPEN Group. (Page consultée le 8 décembre 2000).  « Profil des Business Angels aux USA ». [En ligne].  http://www.business-angels.com/base.html?
    centre=media_etudes_ba_usa.html
    Le second site est plus sobre que celui d'IPEN Group.  Son objectif est de donner un lieu de rencontre entre « entrepreneurs et capitaux » en offrant une base de données  bicéphales : l'un sur la recherche de capitaux, l'autre sur les offres de capitaux.  La définition qu'il offre de l'ange investisseur est la plus complète.
    Almandin Communication. (Page consultée le 8 décembre 2000). « Le site des investisseurs, offre et recherche de capital, Club Businness Angels  ». [En ligne]. http://www.clubbusinessangels.com/

    Les anges au Québec

    Au Québec, il existe 4 organismes où l'on peut trouver des « anges investisteurs ».  Le premier est le fruit de la collaboration du Réseau financier Montréal et du Centre de promotion du logiciel québécois ; le deuxième de la Fondation du Maire de Montréal pour la Jeunesse et de la Jeune chambre de commerce de Montréal ; le troisième, le chapitre montréalais de First Tuesday ; le quatrième, le réseau KnAct.

    .
    1) Le Réseau financier Montréal
    « Ce service, lit-on sur la page de la rubrique « Soumettre un projet » du Réseau financier Montréal et du Centre de promotion du logiciel québécois, a pour principale fonction de susciter l'intérêt des anges investisseurs et faciliter l'accès à des capitaux pour permettre l'élaboration et le développement de vos projets ».(6)
    .
    Voici les adresses des deux organismes fondateurs :

    .
    Centre de promotion du logiciel québécois. (Page consultée le 8 décembre 2000). « Centre de promotion du logiciel québécois CPLQ.  Le réseau des intervenants de l'industrie du logiciel au Québec » [En ligne].  http://web.cplq.org
    .
    Réseau financier Montréal. (Page consultée le 8 décembre 2000). « RFM. Réseau financier Montréal ». [En ligne]. http://www.rfm.qc.ca

    2) La Fondation du Maire de Montréal

    Le deuxième organisme est un évènement associant la Fondation du Maire de Montréal pour la Jeunesse et la Jeune chambre de commerce de Montréal : la Soirée des Anges financiers.  Cette soirée est parrainée par le maire de Montréal, M. Pierre Bourque, qui a créé cette fondation avec ses émoluments (7).

    3) First Tuesday : chapitre de Montréal

    Le First Tuesday a été fondé à Londres en 1998.  L'organisation compte environ  1000,000 membres répartis en chapitres dans plus d'une centaine de villes à travers le monde dont  Montréal, Toronto et Vancouver.  Le site de First Tuesday fédère les chapitres en donnant  le calendrier des activités par ville.
    Le chapitre de Montréal est né en 1999 avec une première réunion en février 2000.  Cependant, une scission est apparue au courant de l'année 2000.  Maintenant, Montréal compte un cinquième organisme : Financement Technologique Montréal.  FTM, remarquez les mêmes initiales que First Tuesday, utilise encore l'adresse du chapitre de Montréal.  Le développement de FTM est à suivre.

    4) Le réseau KanAct

    Le réseau KanAct est actif dans la région de Montréal.  Il ne se donne pas officiellement la mission de réunir demandeurs et investisseurs, mais plutôt d'être un lieu de réseautage informel.  Echange de cartes de visite et présentation est à l'honneur à chacune de leur réunion.  C'est un lieu propice au rencontre entre entrepreneurs et investisseurs informels.

    Conclusion

    Les anges financiers sont devenus au courant de la décennie 1990 une « valeur ajoutée » pour nombre de sociétés qui proposent de les encadrer ou plutôt de « faciliter le rapprochement entre entrepreneurs et investisseurs ».  D' « investeurs informels », ils sont « institutionnalisés ».  Vous trouverez ci-contre une liste de sociétés en capital de risque qui témoigne de leur « philanthropie ». 

    .
    Pour terminer cette bibliographie commentée, le gouvernement du Québec a préparé un rapport intitulé L'investissement informel au Québec.  Il s’est intéressé aux anges pour le financement des PME technologiques en 1994.  En 1995, le Réseau financier Montréal voyait le monde et enfanta  InvestAnges avec la collaboration du Centre de promotion du logiciel québécois.  La succession de ces trois évènements et le secteur de financement portent à croire à une filiation (8).  Ce rapport est disponible aux Publications officielles du Québec et au Conseil de la science et de la technologie.  La référence de l’imprimé est :
      Jean-Marc Suret, Laurence Arnoux et Jean-Claude Dorval. L'investissement informel au Québec : rapport soumis au Conseil de la science et de la technologie du Québec. Sainte-Foy, Conseil de la science et de la technologie du Québec, 1995. 92 p. 


    Références :
    1. Luc Bentz. (Page consultée le 2 décembre 2000). « Business Angels » in  Le français en débats [En ligne]. http://www.chez.com/languefrancaise/2000/02/business-angel.htm  (Haut )
    2. Association des banquiers canadiens. (Page consultée le 2 décembre 2000). « Les petites entreprises et le capital de risque ». [En ligne]. http://strategis.ic.gc.ca/SSGF/mi01037f.html ( Haut )
    3. Association des banquiers canadiens. (Page consultée le 2 décembre 2000). «Glossaire en direct » [En ligne] . http://www.cba.ca/fr/Consumer_Kiosk/kiosk_glossary.cfm ( Haut )
    4. Luc Carton. (Page consultée le 4 décembre 2000). « Comment convaincre votre Business Angel ? » ine-market newsletter, 17 juillet 2000.  http://www.emarketnewsletter.com/main/2000-7/ehumour.htm ( Haut )
    5. Jean-Louis Gassée. (Page consultée le 8 décembre 2000). « Chroniques : Vu de la Silicone Valley : Chez les Anges » in Libération. [En ligne]. http://www.liberation.fr/chroniques/gassee/ga980522.html ( Haut )
    6. Réseau financier Montréal (RFM) et du Centre de promotion du logiciel québécois (CPLQ). (Page consultée le 8 décembre 2000 ). « Réseau Investanges ». [En ligne]. http://www.rfm.qc.ca/investan/f/01_home/center.cfm ( Haut )
    7. Montréal. La fondation du maire de Montréal. (Page consultée le 8 décembre 2000). « Anges financiers ». [En ligne]. htttp://www.ville.montreal.qc.ca/fondation/html/anges.htm ( Haut )
    8. Jean-Marc Suret, Laurence Arnoux et Jean-Claude Dorval. Gouvernement du Québec. Conseil de la science et de la technologie. (Page consultée le 8 décembre 2000). « L'investissement informel au Québec ». [En ligne].  http://www.cst.gouv.qc.ca/rsur.html ( Haut )
     
    .
    Accueil


    Actualités
  • Le Revenu
  • WashTech


  • Calendrier d'activités (Réseau Capital Québec)
    ORGANISMES
    .
    International
    First tuesday

     Allemagne
  • Business Angel Venture

  • Canada
  • Bank of Angels
  • Burlington Community Development Corporation
  • International Angel Investors Institute (Toronto)
  • Carrefour Capital
  • First tuesday - Montréal
  • Fondation du maire de Montréal pour la jeunesse
  • InvestAnges
  • Réseau Financier Montréal
  • KanAct
  • SherbookeAngels
  • (Université McGill)
     États-Unis
  • The Angel Network
  • Business Partners
  • EarlyBirdCapital
  • garage.com
  • International Angel Investors Institute
  • New Vantage Group
  • NYMA Angel
  • University Angels
  • WomenAngels

  • France
  • Association Leonardo
  • BusinessAngels .com
  • Ceram Angels 
  • Clubbusiness- angels
  • Le club des Business Angels
  • business- angels.org
  • Love Money
  • SEEFT Ventures

  • Grande-Bretagne
  • Angel Bourse
  • National Business Angels Network 
  • Venture Capital Report
  • The Venture site
    Luxembourg
  • Business Angel
    Listes d'adresses web
  • La Boussole
  • Business Angel Networks
  • Strategis 1/ Strategis 2 
  • VFinance

  •  Liste d'adresses (sans site)
  • Angel Capital Networks
  • Bibliographies
  • En anglais
  • En français (à venir)
  • Revue de presse

  • .
    Revue
  • Angel Investor

  • Base de données États-Unis
    AngelSearch
    Europe
    Clubbusiness
    angels
     
    .
    .Accueil/Sondage
    .
    Note: Cette page a été mise en ligne en 2000 ; certains liens peuvent être inactifs.  Elle sera mise à jour en 2002.
    Service de recherche documentaire DSI. 1280-4, boulevard de Montarville Boucherville. Québec. Canada. J4B 8B4. Tél.: 450-655-3709 / Tlc.:450-655-8201 courriel: info@dsi-info.ca
    Adresse de cette page : Marc Duval. (Page créée le 13 juillet 1999).  « Les anges investisseurs : bibliographie web ». [En ligne]. Boucherville. Québec, ©1999-2001. http://www.dsi-info.ca/documents/anges.html
    Cette page a été éditée le 14 juillet 2001. Rubrique « renseignements-service » des Pages Jaunes / Montréal - Centre / Montréal - Rive-Sud 
    ©1999-2002. Marc Duval.